Afin de vous aider à mieux comprendre comment l’orthophonie pédiatrique peut vous venir en aide, voici quelques exemples concrets basés sur des expériences réelles. Évidemment, les noms et les situations exactes ont été modifiées pour des raisons de confidentialité.

Prérequis à la communication

Aurélie a 2 ans et demi. Bien qu’elle accepte la présence des autres amis à la garderie, elle interagit peu avec eux. Elle joue souvent seule et communique peu verbalement. Elle ne fait pas beaucoup de demandes verbales à la maison ni dans son milieu de garde. Les parents ont parfois l’impression qu’elle est « dans son monde ».

L’orthophoniste peut aider Aurélie et sa famille pour :

  • Évaluer les prérequis à la communication et l’émergence du langage oral ;
  • Offrir un suivi auprès de l’enfant en consolidant les prérequis à la communication (ex : contact visuel, tour de rôle, imitation verbale, demandes verbales) ;
  • Offrir un support aux parents pour leur donner des stratégies d’intervention auprès de Aurélie ;
  • Au besoin, diriger la famille vers d’autres professionnels pour compléter l’évaluation afin de mieux cerner l’étiologie des difficultés.

Langage expressif

Mathieu a 4 ans et demi. Il commencera l’école sous peu. Lorsqu’il s’exprime, on ne comprend pas toujours bien ce qu’il essaie de nous dire. Ses parents observent qu’il a de la difficulté à prononcer certains sons et à construire ses phrases. Il commence à se fâcher de ne pas toujours bien se faire comprendre.

L’orthophoniste peut aider Mathieu pour :

  • Évaluer ses habiletés langagières ;
  • L’aider à développer ses habiletés de langage expressif (ex : bien prononcer les mots de plusieurs syllabes ou certains sons plus difficiles pour lui, construire des phrases comportant tous les éléments importants) pour qu’il se fasse mieux comprendre ;
  • Offrir un suivi avec la famille et le milieu de garde puis éventuellement avec l’école pour s’assurer qu’il ait le support nécessaire.

Langage réceptif

Tom à 3 ans. À la maison, les parents observent qu’il ne répond pas toujours de façon adéquate à leurs questions et qu’il lui arrive de ne pas bien exécuter les consignes qui lui sont demandées. Les parents se demandent s’il comprend bien ou s’il fait plutôt à sa tête.

L’orthophoniste peut aider Tom pour :

  • Évaluer ses habiletés langagière (langage réceptif et expressif) ;
  • Aider Tom à développer ses habiletés de langage réceptif pour lui permettre de mieux comprendre au quotidien (ex : comprendre certains concepts comme gros-petit / devant-derrière / plein-vide, comprendre les questions comportant les mots qui, quand ou pourquoi, pouvoir exécuter des consignes ayant 2 ou 3 éléments comme « Mets le petit chat sous la table ») ;
  • Offrir un suivi avec les parents pour leur donner des stratégies d’intervention auprès de leur enfant.

Langage écrit (lecture et écriture)

Léa est en 4e année du primaire. Malgré le suivi en orthopédagogie dont elle bénéficie dans le milieu scolaire depuis sa 2e année et malgré tous les efforts faits à la maison, des difficultés en lecture et en écriture semblent persister.

L’orthophoniste peut aider Léa pour :

  • Évaluer le langage oral et le langage écrit afin de mieux cerner ses difficultés et vérifier la présence d’une dyslexie-dysorthographie;
  • Offrir un suivi auprès de l’enfant afin de travailler les difficultés retrouvées et de lui enseigner des stratégies qu’il pourra réinvestir au quotidien et dans le milieu scolaire;
  • Au besoin, offrir un soutien à Léa pour la mise en place d’outils technologiques afin de faciliter ses apprentissages;
  • Communiquer avec les intervenants de l’école et offrir du support pour que des recommandations spécifiques soient mises en place dans le milieu scolaire.